terms
tools
mail
tour
help

Archives 19 avril 2011content

Comment installer le nouveau bouton « Send » de Facebook

Facebook lance ce matin, un nouveau bouton, le bouton "send"

Vous connaissiez le bouton "Like" et le bouton de partage qui permettent d'afficher sur votre mur (et par extension sur celui de vos amis) un lien vers un site que vous appréciez.

Le bouton Send, à pour sa part une approche plus "confidentielle" (si on peut utiliser ce terme en parlant de Facebook) , il vous permet d'envoyer un message directement à un (ou plusieurs) contacts Facebook. ce message inclut par défaut :

  • L'URL de la page
  • Son titre
  • Et un message d'accompagnement que vous pouvez rédiger.

c'est très pratique si on ne souhaite toucher qu'un utilisateur particulier.

vous pouvez tester le service en cliquantsur les boutons présents sous ce billet.

Comment l'installer?

Le bouton "Send" ou "Envoyer" en français peut s'ajouter automatiquement à coté du bouton like (facebook à intégré cette modification à son générateur de boutons).

votre code devient (je donne l'exemple avec l'URL de ce blog)


    send="true" width="450" show_faces="true" >

    Le paramètre fr-FR permet de mettre le bouton en français
    Le paramètre send="true" permet d'afficher le bouton

    Comment l'installer sur blogger/Blogspot ?.

    Si vous utilisez blogger/blogspot, vous pouvez rajouter le code suivant  sous la balise

     

    (cliquez sur l'illustration pour la voir en plus grand) pour créer automatiquement un bouton liant automatiquement chaque billet :

          

terms

Manage flitter pour gérer vos (dés) abonnements sur Twitter

.

Manage Flitter est un site qui se connecte à votre compte twitter pour vous permettre de gérer les comptes que vous suivez et qui vous suivent (ou pas). Vous pouvez ainsi faire le grand ménage de printemps de votre timeline en supprimant les comptes inactifs (ou hyperactifs) ou choisir de ne plus suivre celles et ceux qui ne vous suivent pas

Le gros avantage de Manage filter (si on le compare par exemple à Friend or follow, c'est que la sélection des utilisateur peut se faire grâce à des cases à cocher pour leur appliquer un traitement commun, faisons un rapide petit tour de toutes les options du programme.

Il existe des filtres (à droite)  qui permettent de ne pas sélectionner certain type de comptes :

  • Deselect Verified : pour ne pas supprimer les comptes vérifiés
  • Deselect Popular : pour ne pas supprimer les comptes populaire

Il existe aussi des filtres qui vous permettent de n'afficher que certains types de comptes (à gauche)  :

  • Not Following Back : ceux qui ne vous suivent pas (c'est vexant et ça mériterai le suppression automatique)
  • No Profile Image : ce qui n’ont pas d'image de profil (signe d'un compte nouveau ou d'un utilisateur n'ayant pas pris la peine de travailler son profil)
  • Inactive : ceux qui n'ont pas twitté depuis plus de 30 jours
  • Talkative : les bavard (ou du moins ceux qui twittent plus de 3 fois par jour)
  • Quiet : les discrets qui twittent moins d'une fois par 24 heures.

Enfin vous pouvez afficher vos liste en fonction de plusieurs paramètres en haut  (par ordre croissant ou décroissant) afin de vous faire une idée de leur « influence »

  • Follow Date : en fonction de la date depuis laquelle vous les suivez
  • Followers : en fonction de leur nombre de followers
  • Following : en fonction du nombre de personnes qu'ils (ou elles) suivent
  • Listed : en fonction du nombre de présence dans des liste (ce qui est souvent un gage de qualité)
  • Tweets : en fonction du nombre de tweets
  • Username : par ordre alphabétique (tout simplement)
  • Last Tweet : en fonction de leur dernier tweet.

Enfin deux mode de recherche (en bas à gauche) vous permettent de choisir rechercher des termes dans les bios de ceux que vous followez (Bio Search), ou dans le contenu de leurs tweets (Tweet Search )

Le site est là http://manageflitter.com

mail
help

tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur google Panda

Sur son Doodle de la journée de la terre Google a mis les Pandas en bonne place, Gare au coup de Bambou !

Google met actuellement en place un nouvel algorithme baptisé «Google Panda». L'objectif affiché par le géant de la recherche est de «favoriser le contenu original».

Qu'est ce que cela signifie ? quand on écrit (ou qu'on produit un contenu, audi vidéo ou graphique) et qu'on le diffuse sur Internet, celui ci est repris (intégralement ou en partie) par de nombreux sites (annuaire, agrégateurs de flux, réseaux sociaux). pour peu que ceux ci bénéficie d'une bonne réputation, de nombreux liens, d'un rythme de publication important ou d'une base de données dense, il n'est pas rare que ces site apparaissent avant le votre dans les résultats de recherche. Panda devrait donc corriger cet état de fait.

Depuis le début de son déploiement d'abord au USA, puis en Grande Bretagne (le déploiement en Europe est en cours) certains site ont perdu énormément de leur trafic, Pierre Chappaz, expliquait il y a quelques jours que le portail d'informations Wikio avait perdu énormément de trafic de l'autre coté de la Manche suite à ce déploiement.

Chaque modification de l'algorithme de Google fait grand bruit , il faut dire qu'avec plus de 90% de parts de marchés sur les recherches ces modification peuvent avoir beaucoup d'influence sur les consultations.

Parmi toutes la littérature publiée ces dernières semaines sur le sujet, 3 articles m'ont beaucoup intéressé, c'est pourquoi je vous les conseille :
L'ami Ramenos (référenceur québécois plein de talents) fait un petit récapitulatif des "bonnes pratiques" et des question qui lui sont posées par ses clients dans cet article:  Panda par-ci, Panda par-là : récap des questions redondantes.

Sur l'excellent site Etourisme.info (qui chaque jour apporte énormément d'infos sur les applications de l'informatique et  de l'Internet aux metiers du tourisme), Pierre Croizet a publiées deux articles de vulgarisation pour cerner le sujet :  Attention au coup de bambou, voici Google Panda ! et  La mise à jour Bambou, pour avoir moins peur de Panda .

Enfin, Google à publié en début de moi, la nouvelle edition de son guide d'optimisation qu'on peut découvrir sur son blog officiel.

De quoi se rassurer et commencer à réfléchir sur la manière d'aborder cette nouvelle adaptation de l'écosystème de Google.

content

Géolocaliser ses visiteurs avec Google API loader.

De nombreuses applications et sites pour mobile, utilisent la géolocalisation en se basant sur les informations transmises par le téléphone. . Cependant, pour les personnes consultant un site à partir d'un ordinateur fixe, le seul moyen de récupérer des données est la localisation IP, c’est à dire la localisation du point de connexion Internet auquel est connecté votre ordinateur (ce qui est plus ou moins précis).

  • L'api Google API loader( qui sert par exemple accéder à plusieurs librairie de scripts ) propose par défaut une fonction qui permet de connaître
  • la latitude,
  • la longitude,
  • la ville
  • la région,
  • et le pays de connexion de l'utilisateur

Pour utiliser cette API, rendez-vous sur le site de Google api loader, et enregistrez votre site pour obtenir une clé d'API (c'est ici) http://code.google.com/intl/fr/apis/loader/signup.html

Pour l'utiliser il faut charger le script google api loader entre les balise de votre page :
On écrit ensuite le code qui vas afficher les infos de géolocalisation :

 

<script src="https://www.google.com/jsapi?key=votre cle google api" type="text/javascript"></script>
 <script type="text/javascript">
 function initialize() {
 
 var adr = "ta latitude : " + google.loader.ClientLocation.latitude +"<br>";
 adr += "ta longitude : " + google.loader.ClientLocation.longitude +"<br>";
 adr += "ta ville : " + google.loader.ClientLocation.address.city +"<br>";
 adr += "ta region : " + google.loader.ClientLocation.address.region +"<br>";
 adr += "ton pays : " + google.loader.ClientLocation.address.country +"<br>";
 document.getElementById("test_gloader").innerHTML = adr;
 }
 
 </script>
</head>
<body onload="initialize()">
 <div id="test_gloader">Patientez...</div>
 </body>

comme on peut le voir dans l'exemple, on obtient la région, la ville et le pays...
c'est pas magnifique ça ?

Oui mais vous auriez aussi voulu le code postal, le département et qu'en plus ça cause français aulieu d'anglais pour le nom de la région ?

Et bien c'est possible, pour cela nous allons utilisé la célébre Api de google map qui est capable de faire du géocodage inversé, c'est a dire donnée les coordonées postales d'un lieu en fonction de sa latitude et sa longitude.

Le principe est donc le suivant :
on récupère la latitude et la longitude avec les fonction de google api loader.
On les injecte dans l'api google map

<script src="https://www.google.com/jsapi?votre cle google api" type="text/javascript"></script>
 <script type="text/javascript"src="http://maps.google.com/maps/api/js?sensor=true">
 </script>
<script type="text/javascript">
 function initialize() {
var adr2 ="";
 var lat=google.loader.ClientLocation.latitude;
 var longi=google.loader.ClientLocation.longitude;
 var latlng = new google.maps.LatLng(lat, longi);
 var geocoder = new google.maps.Geocoder();
 geocoder.geocode({'latLng': latlng}, function(results, status) {
 
 if (status == google.maps.GeocoderStatus.OK) {
 if (results[0]) {
 
 var elt = results[0].address_components;
 
 for(i in elt){
 if(elt[i].types[0] == 'postal_code')
 gmap_cp=elt[i].long_name;
 if(elt[i].types[0] == 'locality')
 gmap_ville=elt[i].long_name;
 if(elt[i].types[0] == 'administrative_area_level_1')
 gmap_region=elt[i].long_name;
 if(elt[i].types[0] == 'administrative_area_level_2')
 gmap_departement=elt[i].long_name;
 if(elt[i].types[0] == 'country')
 gmap_pays=elt[i].long_name;
 }
 adr2 += "ta ville : " + gmap_ville +"<br>";
 adr2 += "ton code postal : " + gmap_cp +"<br>";
 adr2 += "ton département : " + gmap_departement +"<br>";
 adr2 += "ta région : " + gmap_region +"<br>";
 adr2 += "ton pays : " + gmap_pays +"<br>";
 document.getElementById("test_gloader_gmap").innerHTML = adr2;
 }
}
 });
 }
</script>
 </head>
 <body onLoad="initialize()">
 
 <div id="test_gloader_gmap" >teoo..</div>
 </body>

Vous pouvez voir dans l'exemple qu'on obtient le nom de la ville, du département, de la région, et le code postal (le tout dans la langue d'origine tu pays ou l'on se trouve).

Et qu'est ce qu'on fait avec tout ça ?

Et bien on peut maintenant imaginer plein de services liés à la géolocalisation sur son site, comme par exemple :

  • Simplifier le remplissage d'un formulaire en pré remplissant les champs de ville et de département
  • Proposer une liste de point de vente à proximité de l'utilisateur
  • Proposer un point de départ pour un itinéraire à partir du point de connexion.
  • Proposer la météo sur la région ou on se connecte.

Les exemples sont ici : http://passeurs-de-savoirs.fr/lab/google-api-geolocalisation.html

terms

3 outils pour dynamiser le réseau des blogeurs

Il y a deux ans Yann m'avait invité à participer à un colloque sur les blogs. l'un des intervenants était Olivier Trédan et j'avais beaucoup aimé sa définition du blogueur  : « le blogueur est une personne qui lit et qui lie»

Si je développe son propos (ou du moins ce que mon petit cerveau arrive à en comprendre), le blogueur s'inscrit dans un communauté de blogueurs, dont il lit les blogs, et sur lesquels il va faire des liens pour faire partager leurs points de vue avec ses lecteurs.

Je crois que c'est là une des plus grandes différences entre le blogueur et le journaliste, si le second cite (parfois) ses sources, le blogueur  écrit souvent ses articles en réaction aux écrits de ses "confrères" (ou pour les inciter à réagir) contribuant ainsi à un réseau "d'influence" qui s'étend bien plus loin qu'à son site.

Avec l'arrivée des réseaux sociaux (comme twitter et Facebook), le champ d'influence du bloguer s’élargi, à travers la reprise de ses flux sur Facebook ou dans les tweets.

Je ne parle bien sur pas d'une influence massive, les blogs (même les blogs geek ou les blogs de filles, qui pourtant ont le vent en poupe) qui peuvent concurrencer les sites d'information «classique» n'existent pas, mais plutôt d'une influence du réseau, qui fait que les blogs peuvent, tous ensemble, mettre en lumière des sujets d'actualité ou de société écartés par las médias classiques (j'ai tendance à penser que c'est le cas actuellement avec les gaz de schistes.).

En discutant avec des copains blogueurs, j'avais créé trois outils pour leur simplifier le «travail» de mise en réseau des blogs. j'en ai parlé dans la revue de stress, et d'autres l'ont beaucoup fait aussi, mais je réalise que je n'en avais pas parlé ici,  alors que j'ai créé ce site pour parler plus d'outils et de technique, Je vais faire un rapide résumé de ci-dessous :

OPML2HTML:

Comme sont nom l'indique OPML2HTML convertit les liste de blog et de flux (que créent par exemple Google reader, Netvibe ou Digg) en listes de liens (qui peuvent être collées dans un billet ou dans une blogroll).
C'est ici que ça se passe : http://lolobobo.fr/opml2html/

Le Jegounotron :

Basé sur les données de l'outil Vikio backlink, le Jégounotron (tu noteras l'influence de Nicolas pour le nom) , permet de récupérer la liste des blogs, inscrits au classement Wikio faisant de lien sur un blog pendant une période donnée sous forme d'une liste HTML qui peut servir ensuite a faire une présentation de blog ayant des thématique commune avec celui-ci. attention, cependant, il est TRÈS mal vu de faire des listes non commentées et mensuelles, ça nuit à la qualité du partage de liens.
C'est ici que ça se passe : http://lolobobo.fr/jegounotron/

L'Emanurama :

L'Emanurama (dont le nom et un hommage a l’irremplaçable Manu qui sait faire de twitter un temple de l'humour) extrait la liste des 10 derniers articles publiés par un blog et interroge Twitter pour savoir qui sont les personnes qui ont twitté ou retwité un article. cela permet par la suite de les remercier ou de les inclures dans un followfriday (#ff).
C'est ici que ça se passe : http://lolobobo.fr/emanurama/

En conclusion :

Ces petits outils, sont nés d'un besoin personnel (ou suite à des discussions avec des copains et copines blogueurs). ils ont pour vocation de favoriser les liens et les échanges, mais mais ne sont bien sur pas là pour dispenser les blogueurs de continuer à lire et à partager les écrits des autres. je sais que c'est ballot de le préciser, mais compte tenu de certains retours que j'ai sur ces outils ça me parait nécessaire de le rappeler ...

mail
help
privacy
mail
Bear

Switch to our mobile site

tour