research
rss
mailinternational
trademarks

Archives du tag google

api

Diffuser son actualité plus loin que sur son site

Quand on crée un site internet, La première question à se poser et celle de l'objectif qu'on se fixe.

Pourquoi fait on un site ?

  • Pour vendre un (des) produit(s) ?
  • Pour fair connaître une marque ?
  • Pour faire connaître son activité ?
  • Pour partager de l'information ?

Bien souvent il y a un peu de tout ça, mais çà mérite parfois qu'on creuse un peu plus loin.

D'autant que le site web est rarement le seul moyen de communication dont on dispose.

Si je vous parle de çà aujourd'hui, c'est que je viens de finir un projet que j'ai trouvé plutôt intéressant avec l'office de Tourisme du pays de Bégard.

site de l'office de tourisme de begard

Ce site s'appuie sur des données issues de Tourinsoft (un outil de gestion et de communication touristique), se décline en version ordinateur et mobile et a pour objectif de faire découvrir un territoire, son offre de loisir et d'hébergement, avec a terme, comme but de proposer a celle et ceux qui veulent passer des vacances en Bretagne une destination au cœur des côtes d'Armor idéale pour celle et ceux qui souhaiteraient (sans trop faire de voiture) rayonner un peu partout sur la région.

Ce qui est particulièrement intéressant (à mes yeux) dans ce projet c’est que le cahier des charges contenait tout un chapitre baptisé « goodies » rassemblant des outils qui s'éloignent un peu du « corps » du site web pour mieux ramener le public vers le territoire.

1/passer du canal site web à une stratégie de réseaux.

Listons donc les petits plus du site : les grands classiques de l'interaction tout d'abord, le flux RSS et les QR code. Mais aussi un service de E-cartes, des fonds d'écran et un widget.

Et maintenant rentrons dans le détail.
Le site s'appuie sur une base de données, qui regroupe tout l'agenda du territoire, a partir de cela, il est possible (et très tentant) de l'utiliser.

Le flux RSS comme supports de la communication externe :
Vous connaissez mon amour (immodéré) pour les flux rss, le site en comporte 3 diférents).
le premier est un flux classique, il liste les 10 prochains événements à venir(avec un lien sur les pages de chaque événements) sur le territoire, et permet aux visiteurs du site de s'abonner pour recevoir l'actualité touristique du pays de Bégard).

les deux autres flux RSS sont des variantes du premier:

L'un deux affiche les événements 15 jours avant leur début, il sert à alimenter deux recettes IFTTT qui difusent l'information sur les pages Facebook et Google + de l'Office de tourisme. Ainsi les deux pages de réseaux sociaux produisent automatiquement un « bruit de fond minimum » qui permet de garder l'attention des abonnés et de les stimuler à partager les actualités qui leurs parlent le plus.

Le dernier flux , produit (chaque jeudi) un récapitulatif des événements à venir sur la semaine, il peut ainsi alimenter les réseaux sociaux, mais aussi , a terme un E-mail d'info hebdomadaire à l'attention des visiteurs proches qui souhaiteraient venir passer un ou deux jours au Pays de Bégard.

On alimente donc automatiquement 3 canaux :

  • le site,
  • les réseaux sociaux,
  • une lettre d'infos

à partir d'une seule saisie d'informations. Bien sur cela ne dédouane pas de créer du contenu pour chacun de ces supports spécifiques, mais évite de donner l'impression aux utilisateurs des réseaux sociaux que le présence de l'office de tourisme n'est que sporadique…

2/Passer dans le monde réel.

Comme de nombreux Office de tourisme celui de Bégard édite un guide touristique papier diffusé gratuitement aux visiteurs. Cependant, puisque nous avons un site mobile (et de plus en plus de visiteurs utilisant un smartphone ou une tablette) autant l'utiliser.
Grâce au QR code, on peut proposer au visiteur d'accéder directement au site web pour avoir des informations (et des anecdotes sur un lieu qu’il visite).
On peut aussi proposer des plans d’accès vers les lieux touristiques, les animations, les gîtes, et les randonnées, soit grâce a Google map, soit par la mise a disposition d'itinéraires (avecde la géolocalisation) ou des fichiers d'infos géographiques (aux formats KML ou GPX) a télécharger sur sa tablette son smartphone ou son GPS.

Une fois de plus, sans rien changer au processus de saisie d'informations, on offre une autre porte d'entrée a celles et ceux qui veulent découvrir la richesse historique et patrimoniale du territoire.

3/ Faire du visiteur un ambassadeur du territoire.

Les utilisateurs d'internet peuvent devenir facilement acteurs de la communication sur le web, grâce aux blogs et aux réseaux sociaux c'est ce qu'on appelé il y a quelques années le web 2.0, le web social,...
Aujourd'hui, on philosophe (un peu) moins sur le sujet par contre, il est nécessaire de tout faire pour simplifier la vie de celles et ceux qui veulent parler de vous à leurs amis (et aux amis de leurs amis) le minimum est de leur faciliter la tache, des outils comme les boutons proposés par addthis sont dans ce cadre un minimum vital.

Sur le site de l'office de tourisme de Bégard, une des pistes pour aller plus loin dans ce sens a été de mettre en place des E-cartes, Pour permettre a celles et ceux qui ont apprécié pendant leur séjour, de s’initier au golf, d'aller jouer dans les piscines d'Armoripark ou de contempler l'Arbre de l'année 2013, de le partager par une E-carte, et ainsi de mieux faire connaître les richesses du territoire.

4/Faire des acteurs locaux des relais de l'offre touristique.

Au risque de faire une lapalissade, un office de tourisme est fait pour promouvoir l'offre touristique d'un territoire. Il rassemble un ensemble de prestataires (hébergeurs, restaurateurs, commerçants,…) et d'acteurs publics (mairies, intercommunalité, service municipaux,...) qui sont autant de relais de l'information touristique, Ils ont aussi parfois un site internet qui peut aussi être support de l'information touristique.

C'est pourquoi dans le cadre du projet internet de Bègard, nous avons intégré deux outils

Un widget, qui permet de partager l'actualité touristique grâce a deux lignes de code (voir ci-dessous) qui est « atout » pour valoriser leur offre puisqu'il montre « qu’il se passe toujours quelque chose à proximité ».


Et un économiseur d’écran qui montre quelque un des lieux remarquable du territoire tout en partageant l'agenda.

Bref, autant de moyen de multiplier les supports de promotion d'un territoire le tout à partir d'une seule saisie d'information dans un logiciel.

En guise de conclusion

Le hasard ( qui si souvent fait bien les choses) veut que le comité régional du tourisme lance aujourd’hui une campagne qui s'appuie a la fois sur iles internautes et les réseaux sociaux pour promouvoir la destination Bretagne.

Je ne peux que la partager avec vous.

Et vous rappeler que :
«Moi ce que j'aime en Bretagne …
c'est qu'on a des agences web super sympas et très créatives.
Alors, venez en Bretagne ! »

on en profitera pour parler web touristique :)

Comment publier automatiquement ses billets de blogs sur Google+ avec IfTtT et Buffer

Tous les bons comunity managers vous le diront, publier automatiquement vos posts de blogs sur les réseaux sociaux, c'est MAL (certains extrémistes vont même jusqu'à dire que cela mériterai le supplice de la chèvre)

Comme je ne suis ni community manager, ni extrémiste (ni même éleveur de chèvres), je vais vous expliquer comment publier vos billet de blogs automatiquement sur Google+ avec ifftt et Buffer

 

Buffer (le service de programmation de message sur les réseau sociaux) propose à présent un service de publication automatique sur les pages Google plus (mais pas encore sur les profils)

Ce qui va vous permettre de programmer des post à heure régulière sur Google plus

 

En  en combinant cette fonctionalité de Buffer avec une «recette» IFFT nous allons voir  publier automatiquement vos post sur Googleplus à heure régulières.

Pour ce faire, il vous faut :

le how-to en images

 

1/ paramétrer Buffer

 

une fois identifié dans buffer, choisissez Google+ et "Connect page"

Buffer - Connect 2013-08-28 16-03-59

Vous allez être redirigé vers google qui va vous demandez si vous acceptez que Buffer publie pour vous  et partage avec vos cercles : acceptez

Buffer -g+demande

Vous allez a présent pouvoir paramétrer vos haoraires de publication dans buffer

  • tout d'abord choisissez un fuseau horaire (j'ai choisi celui de paris)
  • puis puis choisissez quand vous voulez que buffer délivre vos message (dans mon cas j'ai choisi de publier  tous les jours de la semaine, deux fois à 10h45 le matin, et à 18h mais vous pouvez choisir plus ou moins de créneaux horaires)

Buffer -g+programme

 

2/ paramétrer IfTTT

 

j'en avais déjà parlé l'an dernier, ifTTT permet d'automatiser des publication sur de nombreux site de partage et de réseau sociaux, s'il n'est (pour le moment pas capable de dialoguer directement avec Google plus, il est par contre capable de le faire avec Buffer.

Nous allons donc créer une «recette» qui permet de vérifier s'il y a de nouveau billets proposés dans notre flux rss et , si c'est le cas de les envoyer vers Google + via buffer.

 

Rendez-vous dans Ifttt et cliquez sur le bouton «createa recipe»

Choisissez un type déclencheur (dans notre cas un flux rss)

ifft-recipe1

 

Sélectionnez ensuite le l’élément déclencheur (dans notre cas un nouveau billet posté, mais on peut aussi choisir un billet en fonction d'un mot clef)

ifft-recipe2

IfTTT nous demande ensuite de choisir le flux rss qu'on veut inspecter (ici celui de ce blog)

ifft-recipe3

cliquez ensuite sur le bouton «Create a Trigger»

 

Maintenant que nous savons ce qui va déclencher la publication, choisisson ce qui se passe quand un nouveau billet de blog est publié, ce que l'on souhaite c'est qu'il soit réorienté vers Buffer afin d'être publié a une des plages horaire que nous avons programmées...

Dans «choose action channel», on choisi Buffer

ifft-recipe5

 

le cas échéant (si ce n'est déjà fait) Ifftt va demander à se connecter à Buffer, il va donc falloir ce connecter en cliquant sur «Allow Access»

 

ifft-recipe6

Une fois connecté, Ifftt nous demande de choisir le profil buffer qu'on souhaite alimenter , choisissez celui qui est lié a votre page Google+

 

ifft-recipe7

 

Cliquez ensuite sur «update» choisissez en suite «Add to buffer» afin que vos nouveau post soit automatiquement ajouté à votre Buffer de publication

ifft-recipe8

Choisissez ce que vous voulez publier sur votre page  google +, dans notre cas : le nom du billet, son adresse (et éventuellement la première image publié dans le post)

 

cliquez ensuite sur «create Action»

ifft-recipe9

Vous n'avez plus qu'à donner un nom à votre «recette» et a l'activer (turn on)

ifft-recipe10

 

En suite, vos nouveau posts se publient automatiquement dans les créneaux horaires que vous avez prédéfini

Ce qui vous laisse plus de temps pour publier des contenus originaux sur vos pages Facebook, Twitter et Google plus

 

Finalement vous ête quand même un TRES bon comunity manager

;)

Voilà !

 

 

 

mail
trademarks

Intégrer une carte avec Google, Mappy ou OpenStreetMap

La semaine dernière, je lisais sur le site geek de l’ami Nicolas que comme Wikipedia, Apple et Foursquare allaient d'ici peu utiliser OpenStreetMap à la place de google map.

Cela m'a incité, à vous proposer un petit article sur l’intégration de cartes avec des marqueurs personnalisés sur vos sites avec 3 outils.

  • Google map, qui est très rependu, mais dont l'utilisation sur des sites a fort trafic nécessite l’achat d'une licence d'utilisation,
  • Mappy qui fait partie du groupe pages jaunes (on retrouve d'ailleurs leur carte sur l'ensemble des sites du groupe)
  • et différentes intégrations d'OpenStreetMap , un projet de cartographie libre (à la manière par exemple de wikipédia) animé par des internautes et que je vous propose de mettre en œuvre grâce à la librairie Leaflet 

Je ne vais pas vous faire un énorme tutoriel (d'autres le font bien mieux que moi, et les docs des trois outils sont assez bien faites) mais vous proposer un exemple très d’intégration simple.

Une carte du centre-ville de Guingamp avec une icône personnalisée  indiquant la position du château.

Intégration avec l'Api Google

L'avantage de l'Api google est qu'elle propose une énorme base documentaire, ainsi que de nombreux tutoriaux, son inconvénient est que depuis quelques mois, son utilisation est payante pour les sites proposant plus de 5000 cartes par jour, pas de quoi s’inquiéter pour un petit site, mais si la mise a disposition de carte à vos utilisateurs est au cœur de votre site, cela peut rapidement poser problème.

Notre carte ressemblera à ceci.

Intégrer une carte avec Mappy

Mappy est un service de cartographie qui lui aussi propose une API, l'avantage est que son utilisation est gratuite (pour un site web public) et sans (presque) aucune limitation d'affichage.

Par contre, vous avez besoin d'une clé d'application (token) pour l’implémenter sur un site.

Le résultat ressemblera à ceci

Intégrer une carte avec OpenStreetMap

Openstreetmap est un projet libre, et international, (un peu à la manière de wikipedia) animé par de nombreux internautes de part le monde. Son objectif est de proposer des données cartographique librement utilisables par tous.

Ce qui signifie, que rien (a part peut être les connaissances technique et les ressources système nécessaires) ne vous interdit de créer votre propre serveur de cartographie à partir des données du projet.

Dans la pratique certaines entreprises (comme cloudmade, ou mapquest par exemple) vous proposent d'accéder à ces données hébergées sur leur serveurs. Ce qui permet d'accéder à de nombreux modèles de cartes différentes.

Comme Openstreetmap est un projet libre, de nombreux développeurs on créé des librairies dans différent langages qui permettent de manipuler les données Openstreetmap .

Sur son site, OpenStreetMap utilise la librairie Openlayer , cependant, pour afficher une carte, l'utilisation de la librairie leaflet est parfois plus facile, (et un peu moins lourd en ressourc.

Leaflet et téléchargeable ici http://leaflet.cloudmade.com/

Le résultat ressemblera à ceci

note cependant au passage que l'aspect des cartes peut évoluer en fonction de ton fournisseur de fonds de cartes :

voici la même carte réalisée à partir des données sur serveur open mapquest

pour ce faire on remplace le code :

var cloudmadeUrl = 'http://{s}.tile.cloudmade.com/[votretoken]/997/256/{z}/{x}/{y}.png',
cloudmadeAttribution = 'Données de la carte © OpenStreetMap et ses contributeurs, CC-BY-SA, Images © CloudMade',
cloudmade = new L.TileLayer(cloudmadeUrl, {maxZoom: 18, attribution: cloudmadeAttribution});
map.addLayer(cloudmade);

par

var cloudmadeUrl = 'http://{s}.mqcdn.com/tiles/1.0.0/osm/{z}/{x}/{y}.png',
e='font-family: "Courier New",Courier,monospace;'>
subDomains = ['otile1','otile2','otile3','otile4'],
cloudmadeAttrib = 'données, imagespar MapQuest, OpenStreetMap et ses contributeurs, CC-BY-SA';
var cloudmade = new L.TileLayer(cloudmadeUrl, {maxZoom: 18, attribution: cloudmadeAttrib, subdomains: subDomains});
map.addLayer(cloudmade);

pour aller plus loin

S'il te venait l'envie de créer ton propre serveur de cartes, je t'invite à te plonger dans cette page qui liste de nombreuses ressources

Pour découvrir tous les outils, librairie et frameworks qui permettent de travailler avec l'Api c'est ici http://wiki.openstreetmap.org/wiki/Develop/Frameworks

pour en savoir plus sur OpenStreetMap : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Main_Page
le site des développeurs http://dev.www.openstreetmap.fr/

bref tout ça vous laisse de la matière pour faire de bien belles parties de cartes ;)

api

Comment limiter la collecte de vos informations de navigation par Google

Depuis quelques semaines, Google annonce sur tous ses produits la mise en place de nouvelles conditions générales d'utilisation qui devrait être activées dès demain.

L'une des «Innovations» proposé par google dans son document de présentation de cette nouvelle mesure est la suivante

«(...)obtenir des suggestions de termes de recherche ou la personnalisation de vos résultats de recherche en fonction des centres d’intérêt que vous avez indiqués dans Google+ (...)»

 Ce qui en d'autres termes signifie que Google si vous utilisez google+ va croiser vos données et suivre vos archives de navigation pour vous proposer des résultats de recherche (et des publicités ciblées) plus «judicieuses» en fonction de vos «attentes»

Se que vous ne souhaitez peut être pas

Si ce n'est déjà fait voici comment désactivé l'archivage de votre navigation par Google

1/ dans une page de google cliquez sur la petite flèche a côté de votre avatar puis cliquez sur «paramètres de compte»

2/ cherchez la rubrique «Services ► afficher activer ou désactiver l'historique web » puis cliquez sur le lien «Accéder à l'historique web»

3/ cliquez sur «supprimer l'historique web» puis sur «désactiver»

4/ voilà, c'est fait, bien sûr vous n’empochez pas Google de vous suivre grâce a ces cookies, mais vous l’empêchez de recroiser vos données, avec celle de votre compte Google + c'est déjà ça


L’API Google Map devient payante

Pour un éditeur de services web proposer un service d'API, c'est :

  • donner une meilleure visibilité à son service,
  • et permettre à des utilisateurs de créer de nouveaux usages à partir de leur service.

pour les développeurs, c'est une occasion de bénéficier de ressources qu'ils n'auraient sans doute pas les moyens de gérer en interne.

L'API google map ,qui permet de créer des cartes interactives et personnalisée à partir des service de géolocalisation de google est surement le plus connu (et le plus utilisé) de ces services de développement

Google l'avait annoncé en avril dernier, l'API google map devient payante (ou limité).

Jusqu’à présent, un site web pouvait effectuer un nombre de requêtes illimité pour générer des cartes à partir du service de Google. dorénavant passé un certain nombre de requêtes , quotidienne, il faudra acquitter d'une redevance auprès de la firme de mountain view.

Les limitations du service gratuit sont les suivantes :

  • 25 000 cartes classiques par jour
  • ou 2500 cartes personnalisées par jour

Petit décodage :

Une carte classique est une carte utilisant l'une des visualisation "classique " de google (plan, carte satelite, carte du relief, etc...)
Une carte personnalisée est une carte utilisant les fonction "styled map" de l'API google V3

Google considère qu'on utilise une carte quand :

  • La bibliothèque javascript google map API est chargée dans une page web ou une application
  • La bibliothèque google map API est chagée dans un fichier flash
  • Une requête est envoyée au service "static map"
  • une requête est envoyée au se Api de google street view

çà peut donc aller très vite si on combine plusieurs services...

Google donne d'ailleurs quelque conseils pour réduire la charge de requête dans la partie de sa FAQ consacrée aux stratégies de géocodage.

Combien ça va couter ?

Google map api lance donc son service "premium" dont le cout peut être consulté sur le site.

bref, si on veut limiter ses coût, il va falloir imaginer de nouvelles stratégies d'utilisation des cartes comme par exemple la création de carte à la demande (au lieu de créer une carte sur chaque page), la mise en cache, ou peut être l'utilisation d'autre site de cartographie.

En conclusion :

Avant de créer un service basé sur une Application tierce, interrogez vous sur la manière dont cela pourra impacter votre travail dans le futur, certaine application peuvent devenir payante (comme google map Api ou google translate API) , d'autre peuvent carrément disparaitre (c'est le cas de la plus grande partie des API de recherche google, ou de l'API backtweet par exemple...)

via Clubic.com

mail
trademarks
mail
Bear
international